Sais-tu où se cache ton utérus ? S’il est dans sa position optimale ? S’il a suffisamment d’espace pour respirer et pour bouger ?

Faisons un petit tour ensemble au cœur du petit bassin pour y voir plus clair !

L’utérus n’est pas seul, il vit en colocation avec d’autres organes abdominaux.

Dans un corps idéal, l’utérus s’entend très bien avec la vessie, avec une position antéversée, légèrement penché au dessus d’elle pour mieux lui susurrer des mots doux à l’oreille. Il entretient des relations cordiales mais distantes avec le rectum qui se trouve derrière lui.

Dans ce corps idéal, chacun a suffisamment d’espace pour bouger. Hé oui, nos organes ne sont pas inanimés et figés au fond de notre cavité abdominale. Ils sont bel et bien mobiles et l’utérus ne fait pas exception ! Et cela n’a rien d’étonnant quand on connaît son fonctionnement.

Cet organe merveilleux capable de donner la vie voit chaque mois son volume augmenter au fur et à mesure que l’endomètre s’épaissit puis diminuer à nouveau avec les menstruations.

La cavité abdominale et le bassin de la femme sont tout à fait adaptés pour que l’utérus ait l’espace nécessaire pour vivre à son aise, soutenu par plusieurs ligaments.

Dans un corps normal, la cohabitation au sein du petit bassin n’est pas toujours facile
Un grand nombre de femmes a un utérus rétroversé. J’entends et je lis trop souvent beaucoup d’entre elles parler de cet utérus rétroversé comme si c’était une fatalité, due à un facteur héréditaire ou à la faute à pas de chance, comme si c’était comme ça et pis c’est tout, comme si ce n’était pas vraiment un problème.

Le corps humain a été projeté d’une façon incroyablement intelligente. Chaque organe, chaque partie a un rôle physiologique à jouer. Si un grain de sable s’insère dans le mécanisme, c’est l’équilibre de l’organisme tout entier qui en ressent.
Un utérus rétroversé est un petit grain de sable, qui par ailleurs peut s’avérer bien désagréable.

Personne n’aime marcher avec un caillou dans sa chaussure, n’est-ce pas ?
Quand on se rend compte de sa présence, on commence par se dire que ce n’est pas bien grave, ça picote mais on peut tout de même marcher. Et puis après quelques minutes, sa présence devient vraiment pénible, douloureuse même. C’est à ce moment là qu’on s’arrête, qu’on ôte notre chaussure pour la secouer jusqu’à voir le petit caillou tomber au sol. On remet ensuite la chaussure à notre pied, avec un sourire de satisfaction sur les lèvres et on repart le cœur léger.

Et si je te disais qu’il est possible de faire pareil avec un utérus rétroversé ?

Comme tu peux le voir, il existe plusieurs degrés de rétroversion. Un utérus rétroversé est un utérus qui dépasse un peu, voire beaucoup, les limites et empiète sur l’espace personnel du rectum.
Je te laisse imaginer les effets… Inversement, si le colon et le rectum souffrent et sont en état inflammatoire, en cas de constipation chronique par exemple, ils impactent négativement sur le fonctionnement de l’utérus.

Par ailleurs, avec une position rétroversée, l’espace dont disposent les ovaires et les trompes est également réduit, puisqu’ils sont comprimés contre le rectum.

Cet état de congestion abdominale entraîne une difficulté de circulation des différents systèmes de fluide dont notre corps est composé, que ce soit le sang, la lymphe ou l’énergie. Avec une circulation réduite, les divers organes reçoivent moins de nutriments et d’oxygène et l’évacuation des toxines est ralentie.

On retrouve ces problématiques lorsque l’utérus est rétroflexé. Lorsqu’il est antéflexé, il envahit complètement le territoire de la vessie, l’oppressant de son poids. Cela peut entraîner des problèmes d’incontinence urinaire, de cystites, de douleurs à la miction, etc.
Outre les dommages causés à ses colocataires, un utérus qui n’est pas dans sa position optimale subit des désagréments pour son propre fonctionnement. Règles douloureuses et/ou irrégulières, douleurs pendant les rapports, problèmes de fertilité, etc.

Tout ça, à cause d’un petit caillou resté trop longtemps dans une chaussure.

Un utérus rétroversé est un utérus en difficulté qui ne demande qu’à retrouver sa position optimale. Comment en est-il arrivé là ? Les explications sont diverses et variées.

Une chute dans l’enfance peut avoir dévié le coccyx ou endommagé le sacrum. Étirés d’un côté ou de l’autre, les ligaments s’affaiblissent et ne jouent plus leur rôle correctement. Suite à une intervention chirurgicale, des adhérences et du tissu cicatriciel peuvent se créer, limitant la mobilité de l’utérus et l’emprisonnant dans une position inconfortable. La posture que l’on adopte chaque jour, le type d’activité physique que l’on choisit de pratiquer, les effets de notre mode de vie sur notre corps sont réels.

La bonne nouvelle c’est qu’il est possible d’y remédier et de rétablir la circulation au sein du petit bassin afin d’aider l’utérus à retrouver sa position optimale !
Tu peux pour cela expérimenter les traitements abdominaux Arvigo®, qui dérivent d’une pratique antique de la culture Maya de massage non invasif et externe de la zone de l’abdomen et du sacrum.
Le brossage à sec peut également permettre de réactiver la circulation lymphatique et rendre l’évacuation des toxines plus fluide. La pratique d’une activité physique adaptée peut contribuer à une meilleure circulation globale et à une meilleure posture. Essaie de privilégier des activités douces et qui redonnent à ton corps sa flexibilité, surtout pendant tes menstruations. C’est une période où l’utérus pèse plus que d’habitude et une activité physique trop soutenue peut fragiliser les ligaments qui le soutiennent.

Comment se porte ton utérus ? Est-ce qu’il y a un petit caillou dans sa chaussure ?