Dans un monde désormais entré complètement dans l’ère de la connexion, c’est assez déconcertant de se rendre compte que le lien qui devrait unir chaque femme à sa cyclicité est très souvent fragile voire même rompu.

Contraception hormonale, une libération illusoire !

Alors qu’elle devrait être accueillie, cajolée, accompagnée, la cyclicité féminine est considérée comme un problème qu’il faut faire taire, qu’il faut régulariser à coup de pilule.

De cette façon, nous obligeons notre corps mais aussi notre esprit à subir des effets secondaires, malheureusement souvent ignorés ou pire moqués (dépression, migraine, altération du système digestif, douleurs pelviennes chroniques, chute de la libido, etc.).

Et il ne s’agit là que des problèmes mineurs. Accidents thromboemboliques (embolies pulmonaires, cérébrales, AVC), risques accrus de cancers du sein, du col de l’utérus, du foie et des voies biliaires… Réjouissant tout ça, n’est-ce pas ?

Et tout ça pour quoi ? Avoir un enfant quand on le veut, si on le veut !

Mais pourquoi s’imposer ces désagréments lorsqu’il est possible de réaliser cette promesse digne d’une publicité tout simplement en écoutant son corps ?

Pourquoi bloquer le fonctionnement physiologique du mécanisme ovulatoire en s’infligeant des souffrances tout au long du mois, tout au long de l’année, alors qu’un ovule a une espérance de vie de 12 à 24 heures ?

Contraception naturelle, une histoire d’antan ?

A partir des années 1930, à plusieurs endroits du globe, des scientifiques se sont penchés avec attention sur la fertilité et la cyclicité féminines.

Au fil des recherches, plusieurs méthodes d’observation du cycle et plusieurs écoles se sont distinguées. Pour ma part, j’enseigne la méthode symptothermique du professeur et docteur Josef Rötzer.

Elle se base sur l’observation de plusieurs signes de fertilité, notamment la glaire cervicale et la température basale (je reviendrai sur ces deux signes majeurs dans un article dédié) de façon à fournir un double contrôle. Et si c’est la méthode qui s’adapte à ta vie pour ce qui est de l’observation, l’interprétation des signes, elle, est rigoureuse.

La fiabilité des méthodes et moyens de contraception est évaluée par leur indice de Pearl (= nombre de grossesses observées pour 100 femmes sur un an). Celui de la méthode symptothermique selon Rötzer est de 0,4 et il a été établi sur la base de 350 000 cycles observés par 3000 femmes.

Pour comparaison, l’indice de Pearl de la pilule est de 0,1 mais il s’agit de l’utilisation théorique alors qu’en utilisation pratique, il augmente entre 3 et 10, selon la pilule (source : Organisation Mondiale de la Santé).

Méthode de grand-mère ? Il semblerait bien que non !

Fertilité et cyclicité, un atout au quotidien !

En tant que femmes, nous naissons avec une chance épatante que malheureusement nous portons trop souvent comme un fardeau, notre cyclicité. Elle est une alliée de tous les jours. Faut-il encore la reconnaître en tant que telle.
Et quoi de mieux pour cela que d’observer le fonctionnement de notre corps et de notre cycle menstruel ? L’observation mène à la connaissance qui permet de vivre sereinement au rythme de sa cyclicité.
Lorsque la méthode symptothermique devient partie intégrante de notre vie, elle nous accompagne dans chacune des périodes que nous traversons, de la puberté à la ménopause, en passant par l’allaitement. Elle sait également s’adapter à nos besoins et nos objectifs du moment.

Éviter une grossesse, un objectif réaliste !

Tu souhaites gérer ta fertilité naturellement pour te débarrasser des moyens de contraception hormonaux ou mécaniques ? La méthode symptothermique est là pour te permettre d’identifier avec précision tes phases fertiles et infertiles.
Tu pourras ainsi profiter de ces dernières pour t’épanouir lors de tes relations sexuelles, sans craindre la survenue d’une grossesse, et choisir en conscience quel comportement adopter pendant les phases fertiles.
Entre l’abstinence, les rapports sans pénétration et l’utilisation d’un moyen contraceptif barrière, le choix est vaste. Sache tout de même que si tu te tournes vers l’emploi d’un contraceptif barrière (comme les préservatifs féminin ou masculin ou le diaphragme par exemple), c’est son indice de Pearl qui s’applique.

Favoriser une grossesse, un désir réalisable !

Tu penses à un enfant, pour plus tard voire pour maintenant ? La méthode symptothermique est encore là pour te permettre de reconnaître le moment de ton cycle le plus favorable à une conception. Navrée de peut-être te décevoir mais non, nous n’ovulons pas systématiquement au 14ème jour !
Elle est également d’une aide précieuse lorsque bébé tarde à venir se nicher au creux de ton ventre, te permettant de déceler si tout tourne bien rond. Elle te fournira des éléments importants pour comprendre si tes niveaux hormonaux sont suffisants pour qu’une ovulation aboutisse, si l’embryon a suffisamment de temps pour s’installer lorsque la conception a lieu, si ton col de l’utérus sécrète suffisamment de glaire cervicale pour permettre aux spermatozoïdes de rejoindre l’ovule. Autant d’informations que tu pourras fournir aux professionnels, de santé ou de bien-être, qui t’accompagnent pour qu’ils puissent ajuster au mieux leur suivi.

Équilibrer le cycle menstruel, une sérénité à portée de main !

Tu en as marre de subir des cycles irréguliers, des douleurs pendant tes règles, un syndrome prémenstruel prononcé et peut-être d’autres désagréments ? La méthode symptothermique est toujours là ! En te donnant la possibilité de te familiariser avec le fonctionnement de ton cycle menstruel, elle est d’une efficacité remarquable pour prévenir ou pour accompagner le diagnostic de nombreuses difficultés du système reproducteur. Là encore, c’est un précieux avantage pour que les thérapeutes puissent apporter des solutions ciblées.

La méthode symptothermique, un apprentissage pour la vie !

Acquérir une compétence quelle qu’elle soit requiert un temps d’apprentissage, plus ou moins long en fonction des personnes, au cours duquel les connaissances théoriques et pratiques sont transmises.
La méthode symptothermique ne déroge pas à la règle et être suivie par une enseignante est indispensable pour pouvoir adopter une pratique qualitative et fiable. Il est important d’avoir quelqu’un sur qui compter lorsque l’on fait ses premiers pas, vers qui se tourner en cas de doute ou pour trouver le soutien nécessaire pour avancer en toute confiance.
Quoi de mieux pour ensuite pouvoir voler de tes propres ailes ?